La motivation…

Que ce soit lors mon cursus en STAPS, l’acquisition de mon Brevet d’Educateur Sportif dans le football, mes expériences dans le sport (football,  trail de 60 km) ou le monde de l’entreprise, je me suis toujours posé la question de comment motiver individuellement l’ensemble des joueurs. La performance collective est-elle juste la somme de joueurs de l’équipe ? Suffit-il de motiver les joueurs pour qu’ils se motivent ? Pourquoi un bon joueur peut devenir un mauvais joueur d’une année à l’autre ? Quelle est l’impact du coach dans la motivation ou dans le désengagement ?

Prenons 4 paris pour conforter et amplifier notre optimisme.

1er pari : refusons de RENONCER devant la difficulté.
2ème pari : refusons la FATALITE et L’IMPOSSIBLE en le rendant possible.
3ème pari : refusons D’AVOIR UN VERRE A MOITIE VIDE et préférons un verre plein à ras bord.
4ème pari : refusons le NON CHOIX, de n’avoir pas le choix car nous avons toujours le choix.

Nous pensons souvent qu’il n’est pas bon de trop s’estimer. Trop s’estimer peut nous rendre égocentrique ou arrogant envers les autres.
C’est l’inverse qui se produit. Lorsque l’on s’estime, que l’on a une bonne estime de soi, notre égo diminue.

Nous râlons en moyenne entre 20 et 70 fois par jour.
Râler c’est se plaindre, être en colère, protester, ronchonner, rouspéter, se fâcher, rager, bouder, grogner, critiquer, bougonner etc…
Râler est une habitude. Nous râlons tous sans nous en rendre compte, c’est devenu une habitude ancrée dans notre inconscient, un comportement automatique.
En râlant nous nous positionnons en victime.
Quand nous râlons, nous parlons de ce qui ne va pas et finalement nous ne voyons que cela.
Arrêter de râler…