Les vacances font du bien ! OUI ! Mais combien de temps ?

« Vivement les vacances » ! Voilà un mois que j’entends ça à chaque fois que je demande à un stagiaire en formation, un coaché ou un ami comment il va.
Dans un environnement ou on parle de plus en plus de bien-être au travail, est-il encore normal que des collaborateurs arrivent à l’épuisement à la veille des vacances ? Donne-t-on le fameux « coup de collier » parce qu’on sait qu’on va bientôt se reposer ? A-t-on trop attendu pour prendre des congés bien mérités ? Prend-on davantage en charge le travail de nos collaborateurs pour les protéger de leur propre fatigue ?
Les vacances nous permettent de lâcher prise ! la détente, le soleil et le plaisir du farniente nous apporte nos doses utiles d’endorphine, de dopamine et de sérotonine !
Et puis vient le retour au bureau…aussitôt rentré….aussitôt dans le bain, et retour à la fameuse : « Ouh, les vacances sont déjà loin » !
Et si on se préparait à conserver les bienfaits de nos vacances ?

 
1. Je prépare mon départ pour libérer mon esprit
– Je boucle les dossiers urgents et importants, je planifie les dossiers de rentrée
– J’informe chacun (collaborateurs & clients) de ma date de retour
– Si je le peux, je désigne un relai à qui s’adresser en cas de besoin
– Je prévois une journée de retour « off » pour traiter les priorités et planifier mon agenda de la semaine.
J’accepte l’idée que mon équipe et l’entreprise vont survivre à mon absence !

2. Je profite de mes vacances pour ne rien regretter
– Je déconnecte (smartphone, mails pro, ordinateur, réseaux sociaux professionnels…)
– Je me reconnecte à mon rythme et à mes besoins personnels – Je passe d’un état de « faire » à un état « d’être ».
– Je m’autorise à ne rien faire si je n’en ai pas envie !
– Je prends le temps de prendre le temps !
En fait, je fais ce que je veux parce que ce sont mes vacances !

3. Je prends des engagements personnels et je les tiens
– Je liste les situations, actions, comportements qui font que j’ai tendance à me retrouver en épuisement
– J’en sélectionne 2 ou 3 et je rédige un plan d’action concret (Pas de vœux pieux !)
Exemple 1 : J’ai tendance à me laisser déborder par les demandes et les problématiques des autres et donc manquer de temps pour réaliser ma propre mission.
Plan d’action : Je m’autorise à dire « non » à toutes les sollicitations des services extérieurs afin de rester acteur de mon temps.

Exemple 2 : J’ai tendance à ne jamais partir avant d’avoir achevé les objectifs de la journée
Plan d’action : Je pose mes limites. Deux fois par semaine je quitte le bureau à 18h30.

– Je choisis une image de mon choix que je garde sous les yeux au bureau pour me rappeler pour quelles raisons j’ai fait tout ça !
– Je souris et je développe mon optimisme en remplaçant le « oui mais » par le « pourquoi pas » !
– Je recommence l’année prochaine !

Parce que nous sommes les premiers acteurs de notre Bien-être !

Belles vacances !

Auteur : Julie VETTORI