Plaisir, motivation et performance durable dans le sport de haut niveau

La motivation…

Que ce soit lors mon cursus en STAPS, l’acquisition de mon Brevet d’Educateur Sportif dans le football, mes expériences dans le sport (football,  trail de 60 km) ou le monde de l’entreprise, je me suis toujours posé la question de comment motiver individuellement l’ensemble des joueurs. La performance collective est-elle juste la somme de joueurs de l’équipe ? Suffit-il de motiver les joueurs pour qu’ils se motivent ? Pourquoi un bon joueur peut devenir un mauvais joueur d’une année à l’autre ? Quelle est l’impact du coach dans la motivation ou dans le désengagement ?

La performance…

Qui n’a jamais entendu autour d’un terrain de sport, « il faut gagner ». Qui n’a jamais vu un éducateur s’énerver auprès d’un joueur parce qu’il a fait une erreur ? La gagne !!! Quel est l’ impact si nous perdons ?  Je reste convaincu que la performance en soi ne veut rien dire. Je dirais même que la performance en tant que telle peut être source d’un futur désengagement. La performance, tout le monde en parle. Nous parlons de performance lors de l’atteinte d’un résultat, lors d’une victoire, lors d’une montée sportive. Et après ? Une fois que la performance est atteinte, que se passe-t-il ? Est-ce que les joueurs sont encore motivés ? Il est fréquent d’entendre au bord des terrains de sport, des entraîneurs, des dirigeants parler de gagne en oubliant peut-être l’utilisation des leviers de la motivation, autre que le fait de gagner.

La performance durable…

Jean Louis FEL, créateur et dirigeant du réseau VAKOM m’a fait réfléchir sur la performance durable. Expression simple, mais elle a eu un impact incroyable dans mon cheminement intellectuel. Il venait d’apporter une réflexion supplémentaire entre la notion de performance et la notion de performance durable. Comment passer d’une performance à l’instant t à la performance durable ?

Quel sens donner à la performance ?

Quel est le lien entre la motivation et la performance ?

En 2017, je participais à des réunions d’affaire dans un club pro. J’entendais tout le temps : « il faut gagner ». Ok il faut gagner, tout le monde est d’accord, sauf que chaque joueur, chaque président de club tienne le même discours. Mais après la victoire, que se passe- t-il ? La victoire entraîne la victoire, la défaite entraîne la défaite. Au final, le coach est dépendant de la victoire et de la défaite. Est-ce que le rôle d’un coach n’est justement pas d’être capable de travailler sans être dépendant du résultat ?

Soccer formation tactics on school deskChaque sportif a envie de gagner le match, chaque club a envie de voir son équipe gagner. Dans une équipe, est-ce que chaque joueur a la même motivation ? Est-ce que le coach ne doit pas jouer sur les leviers de motivation individuellement ?  Est-ce que gagner est source de performance ? Et inversement, la performance est-elle synonyme de victoire ? Peut-être pas si simple !

La motivation est-elle contagieuse, peut-on motiver quelqu’un, un coach peut-il motiver un joueur s’il ne se motive pas lui-même ? Est-ce que chacun a la même motivation, un défenseur a-t-il besoin de la même motivation qu’un joueur offensif ? Un joueur remplaçant a-t-il la même motivation qu’un joueur titulaire ? Des questions qui méritent réflexion…

En 2017, après avoir coaché un rugbyman professionnel qui avait été mis à l’écart (perte de motivation, manque de reconnaissance), il est redevenu, quelques semaines après, un titulaire et pourtant c’était le même homme.  Un changement de coach a suffit pour le remotiver. Le coach avait décidé que ce joueur n’avait pas le niveau. Qu’est-ce qui fait qu’un très bon joueur peut devenir un moins bon joueur ? Qu’est-ce qui fait qu’un joueur motivé peut se désengager ?

L’art de manager…

Et si une des réponses était dans l’art de manager et précisément dans l’art de motiver un joueur dans une équipe ? Un coach manage une équipe ou manage des Hommes dans une équipe ?

Bien sûr la motivation est un des paramètres au même titre que le physique ou la tactique. Et pourtant, c’est un paramètre qui est mal utilisé. Nous avons tendance à manager comme nous voudrions être managés !

La motivation est le moteur de notre performance. Chacun est différent, chacun a des zones de motivations différentes, des zones de conforts différentes et chacun peut devenir performant dans la durée. Par contre, il ne faut pas oublier d’alimenter la motivation du joueur concerné. Ma motivation n’est pas celle de l’autre. En PNL, la carte n’est pas le territoire…

Auteur : Olivier Richard